Le Vrai/Faux des ZFE, qui prouve que vous êtes TOUS potentiellement concernés par la mesure

Les véhicules en Crit’Air 3, 4, 5 et non classés seront très prochainement interdits d’entrer et de circuler au sein des Zones à Faibles Émissions. Cela fait un moment que l’association "40 millions d’automobilistes" alerte sur la menace qui pèse sur les automobilistes avec la généralisation des ZFE. Une mesure encore très mal connue des Français, puisque 60% d’entre eux ignorent encore de quoi il s’agit réellement et peinent à se sentir concernés par ce projet qui impactera pourtant lourdement leur mobilité quotidienne. 

L’occasion, pour "40 millions d’automobilistes", de répondre aux remarques qui reviennent le plus souvent au sujet des ZFE, et de démêler le vrai du faux. 

Banniere Zones Forte Exclusion

"Je vis en province / à la campagne, je ne serai pas concerné par les ZFE"

FAUX - Beaucoup de Français imaginent que le projet de généralisation des Zones à Faibles Émissions ne s’appliquera qu’aux grandes villes, et ne visera de fait que les citadins qui y vivent. C’est on ne peut plus faux.

D’une part, l’obligation d’instauration des ZFE s’appliquera à toutes les grandes et moyennes agglomérations de plus de 150.000 habitants : elles sont 45 au total, et des métropoles telles que Dijon, Mulhouse, Toulon, Avignon, Bayonne ou encore Douais-Lens font par exemple partie de la liste. Il faut aussi préciser que l’on parle bien d’interdictions de circulation automobile s’appliquant aux métropoles, et pas seulement aux grandes et moyennes villes en question.

D’autre part, ces restrictions de la circulation s’appliqueront bien à tous les Français, et pas seulement à ceux qui habitent dans le périmètre de ces zones. Autrement dit : si vous vivez à la campagne et que vous avez besoin de vous rendre dans une ZFE avec un véhicule Crit’Air 3, 4, 5 ou non classé, vous serez tout aussi banni de la circulation que les habitants de la zone en question. En outre, on peut même considérer que vous serez d’autant plus injustement impacté que, habitant en zone rurale, les solutions pour vous déplacer autrement vers les agglomérations sont bien plus restreintes et contraignantes que dans les métropoles. 

"Je m’en fiche, je ne vais en ville en voiture que pour travailler : cela ne m’impactera pas"

FAUX - Les interdictions de circulation automobile qui entreront en vigueur dans les Zones à Faibles Émissions s’appliqueront quel que soit le motif du déplacement. Que ce soit pour travailler, pour des soins médicaux, pour vos loisirs, ou pour voir des proches, aucun motif ne dérogera à la règle, que ce soit un déplacement régulier, ou occasionnel.

"Ma voiture a passé avec succès le contrôle technique, on ne pourra pas m’interdire de circuler dans les Zones à Faibles Émissions"

FAUX - Cette réflexion part pourtant d’un constat logique : le contrôle technique périodique incluant dorénavant un "contrôle pollution", on est en droit de se demander pourquoi des véhicules jugés suffisamment vertueux pour continuer à circuler d’après le CT, seraient refusés d’accès dans les ZFE sur ce même motif environnemental… Tout simplement parce que les interdictions de circulation au sein des ZFE s’appliqueront selon le système Crit’Air, qui est lui-même basé non pas sur les émissions de polluants du véhicule (contrairement au contrôle technique pollution), mais sur son année de mise en circulation et de sa motorisation.

"C’est une mesure trop pénalisante, ils ne le feront jamais"

FAUX - En fait, c’est déjà en cours d’application. À Paris, dans le Grand Paris, le Grand-Lyon ou encore Grenoble-Alpes-Métropole, les ZFE ont déjà été mises en place à l’initiative des maires. Le projet de généralisation des Zones à Faibles Émissions, détaillé par l’article 27 du projet de loi portant lutte contre le dérèglement climatique, émane quant à lui de l’État, et prévoit de les imposer un peu partout en France, quel que soit l’avis des collectivités sur le sujet.

"1 Français sur 2 ne pourra plus se rendre dans les ZFE en voiture"

VRAI - C’est Barbara Pompili, précédemment Ministre de la Transition Écologique qui l’a elle-même déclaré le 28 mars 2021 au micro de Franceinfo : "La mise en place des ZFE va toucher la moitié de la population française […] Dans ces agglomérations, des véhicules ne pourront plus rentrer ; des gens ne pourront plus accéder au centre-ville" .

"De toute façon, ils ne pourront pas contrôler tout le monde, on pourra passer au travers les mailles du filet"

VRAI, mais pas pour longtemps. Dans les ZFE déjà en place, des campagnes de verbalisation ponctuelles ont été menées pour sanctionner les automobilistes ayant bravé les interdictions de circulation pesant sur leur véhicule. Cependant, on imagine bien que les forces de l’ordre ne peuvent pas filtrer les véhicules non-admis aux entrées des ZFE en permanence, ni même quotidiennement, laissant le risque d’être verbalisé assez faible.

Mais cela devrait changer bientôt, car l’État a la ferme intention de faire respecter ces interdictions de circulation automobile : le projet de généralisation des Zones à Faibles Émissions prévoit en effet l’instauration d’un contrôle automatisé par lecture des plaques d’immatriculation, qui permettra de repérer et de sanctionner systématiquement les conducteurs à bord des véhicules bannis des ZFE.

Banniere Zones Forte Exclusion

Media

Écrit par 40MA Dernière modification le mercredi 08 juin 2022