L’Allemagne prouve qu’il est possible de baisser les taxes sur les carburants

Depuis septembre 2021, les prix affichés à la pompe connaissent une hausse sans précédent. Alors que "40 millions d’automobilistes" appelle depuis plusieurs mois à une réforme fiscale sur les carburants, le Gouvernement préfère adopter des mesures d’urgence qui peinent à faire fléchir significativement et durablement le coût du plein. Le Gouvernement allemand vient quant à lui de franchir le pas de la baisse des taxes sur les carburants routiers.

banniere-petition-carburants

Les prix des carburants ne cessent de grimper, les Français peinent à ressentir les effets de la remise de 18cts

Depuis la rentrée 2021, le coût du plein de carburant est de plus en plus élevé pour les Français, frappant de plein fouet leur "pouvoir-rouler" et leur mobilité. Une flambée des tarifs affichés à la pompe qui devrait s’accentuer encore, alors que l’Union Européenne se dirige vers un embargo sur le pétrole russe.

Si des solutions ont été mises en place pour aider ponctuellement les Français, comme le "chèque carburant" ou actuellement la "remise" de 18cts sur le litre de carburant, la hausse galopante des prix des carburants prouve que ces mesures d’urgence ne permettent pas de soulager durablement le budget des Français, toujours désarmés face à la flambée des prix à la pompe.

L’Allemagne applique la baisse des taxes sur les carburants routiers

L’association "40 millions d'automobilistes" ne cesse de le marteler depuis les premiers signes de cette flambée des prix : seule une réforme de la fiscalité sur les carburants pourra permettre de faire fléchir significativement les prix des carburants.

Mais pour le Gouvernement, toutes les excuses sont bonnes pour ne pas appliquer une baisse des taxes : d’abord le supposé "manque à gagner" pour les finances de l’Etat - argument qui a depuis largement été détricoté par "40 millions d’automobilistes" dans les media - puis la "transition écologique".

Pourtant, face à l’urgence de la situation, la question ne s’est pas posée bien longtemps pour l’Allemagne, qui applique, depuis le 1er juin 2022, une baisse des taxes sur les carburants au minimum autorisé par l'UE, qui permet de faire chuter les prix affichés à la pompe de 30 à 35 centimes pour l'essence, et de 14 à 17 centimes pour le diesel. Une mesure qui vient compléter une offre d’abonnement mensuel à 9 euros pour se déplacer dans les transports en commun allemands. De quoi satisfaire à la fois les automobilistes, et les acteurs prônant les modes de transports alternatifs à la voiture.

Une baisse des taxes sur les carburants est possible, continuons la mobilisation

"40 millions d'automobilistes" rappelle que chaque envolée des prix du baril se traduit par un effet d'aubaine pour l’État : "Plus les prix du baril augmentent, plus les recettes générée par la TVA sont conséquentes pour l’État. C'est un principe de double peine inacceptable pour les automobilistes" insiste Philippe Nozière, Président de l'association. Ainsi, plutôt qu'un dispositif de ristourne, l'association appelle à une baisse de la TVA à 5,5% qui permettrait une baisse durable des prix à la pompe tout en facilitant la mobilité des français.

"40 millions d’automobilistes" poursuit activement son combat en faveur d’une réforme de la fiscalité sur les carburants routiers, unique issue valable pour venir en aide aux Français face à la flambée des prix à la pompe.

Pour soutenir cette solution, seule mesure qui permettra de soulager durablement et significativement votre budget auto, continuez à signer en masse la pétition de l’association en ce sens. Seule la mobilisation de chacun d’entre vous pourra faire la différence :

banniere-petition-carburants

Écrit par 40MA Dernière modification le jeudi 09 juin 2022