Accueil

Renforcement du malus auto & taxe au poids du véhicule : « 40 millions d’automobilistes » appelle les usagers à se mobiliser

[Mise à jour du 16/11/2020]

Adoption du malus sur le poids des véhicules : une mesure qui finira par pénaliser tous les automobilistes

L’amendement créant une nouvelle taxe sur le poids des véhicules a été adoptée vendredi 13 novembre dernier par les députés, dans le cadre de l’adoption du Projet de Loi de Finances pour 2021. Pour rappel, celui-ci impose le paiement d’un malus pour l’achat d’un véhicule neuf dont le poids est supérieur à 1800 kg.

Si cette nouvelle taxe peut sembler anecdotique à ce jour (elle ne concernerait que 2 à 3% des immatriculations, soit environ 60000 véhicules), l’association « 40 millions d’automobilistes » alerte sur la possibilité que la mesure pèse, à terme, sur l’ensemble des automobilistes.

En effet, avec l’adoption de ce malus au poids, le Gouvernement a mis le pied dans la porte : comme pour le malus écologique, qui ne concernait à ses débuts que très peu de véhicules, on sait parfaitement que le barème défini pour la taxe sur le poids des véhicules évoluera de façon à devenir de plus en plus sévère d’année en année, pour pénaliser finalement la grande majorité des achats de véhicules neufs.

 

[Mise à jour du 29/10/2020]

La taxe au poids des véhicules reportée à 2022

Initialement prévue pour 2021, l’entrée en vigueur de cette nouvelle taxe se fera finalement au 1er janvier 2022.

 

[Mise à jour du 15/10/2020]

Le Gouvernement réintroduit la taxe au poids dans le PLF 2021

Le Gouvernement a pris la décision d’inscrire au Projet de loi des Finances 2021 la taxe au poids des véhicules, à raison de 10 € par kilogramme au-dessous de 1,8 tonne. Un seuil légèrement plus élevé que celui proposé initialement par les 150 membres de la Convention citoyenne pour le Climat à l’origine de la mesure (1,4 tonne). 

Une décision qui fait le jeu des mouvements écologiques extrémistes

La bonne nouvelle, c’est que le « malus au poids » touchera finalement très peu de voitures, car en dehors des véhicules électriques, hybrides ou familiaux – plus lourds que la moyenne, eu égard à leur motorisation ou à leur gabarit – qui seront exemptés de la taxe, peu nombreuses sont les voitures particulières qui atteignent 1800 kg. 

Mais la mauvaise nouvelle – et elle n’est pas à prendre à la légère – c’est que cette décision du Gouvernement ne fait que fournir des éléments supplémentaires aux mouvements écologistes extrémistes, sans même chercher à savoir si ce nouveau malus a un réel intérêt dans la préservation de l’environnement.

Et surtout, une fois cette disposition inscrite dans la loi, comment se prémunir d’un nouveau tour de vis, qui abaisserait le seuil aujourd’hui établi, comme c’est le cas avec le bonus-malus ?

En conséquence, l’association « 40 millions d’automobilistes » continue de mobiliser les automobilistes contre cette mesure sur sa pétition en ligne « Non aux mesures anti-voiture de la Convention citoyenne pour le Climat » , qui cumule déjà 350000 signataires.

 

[Mise à jour du 02/10/2020]

Taxe au poids des véhicules : Bercy renonce

Bercy dit non à la taxe au poids sur les véhicules de plus de 1400 kg. Mais prudence : la Ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a pour objectif de l’inclure au projet sur le climat qu’elle devrait présenter en fin d’année.

 

[Article initial du 25/09/2020]

Les mesures proposées par la Convention citoyenne pour le Climat (CCC) font actuellement l’objet de « concertations » en vue d’être transcrites dans la loi. Parmi celles-ci, la nouvelle taxe portant sur le poids des véhicules, ou encore le renforcement du malus auto. « 40 millions d’automobiliste » dénonce des mesures anti-automobilistes, pénalisantes à la fois pour la mobilité et le porte-monnaie des Français.

Pour contrer ces projets, l’association appelle tous les automobilistes désireux de protéger leur pouvoir-rouler à signer la pétition en ligne « Non aux mesures anti-voiture de la Convention citoyenne pour le Climat ».

Renforcement du malus auto et nouvelle taxe sur le poids des véhicules

Depuis 2008, les automobilistes acquéreurs d’un véhicule neuf jugé « polluant » (en fonction d’un barème évolutif) sont redevables d’un « malus » croissant avec les quantités de CO2 émises. Au fil des années, le montant de ce malus n’a cessé de croître, pouvant atteindre 20000€ en 2020. Une somme encore trop peu dissuasive pour les 150 citoyens de la CCC, qui avaient déjà adopté une mesure visant à « renforcer très fortement le malus sur les véhicules polluants ».

Non contents de vouloir augmenter le montant du malus pour tous les véhicules émettant plus de 123g CO2/km (au lieu de 138 actuellement), les « 150 » ont également décidé de l’introduction d’une taxe supplémentaire portant sur le poids des véhicules.

Cette nouvelle taxe, qui serait une composante du malus auto, concernerait les véhicules de plus de 1400kg, c’est-à-dire principalement des voitures familiales. Le piège serait de penser qu’elle n’impactera que le porte-monnaie des Français les plus aisés, ceux qui ont les moyens d’acheter un véhicule neuf. Mais il faut tenir compte du fait que ce que l’on achète plus cher, on le revend aussi plus cher ! Cette mesure aura donc aussi un impact retentissent sur le marché de l’occasion, et viendra finalement pénaliser tous les automobilistes.

Une pétition pour se mobiliser contre les mesures anti-voiture de la CCC

L’association appelle tous les automobilistes à faire entendre leur voix et à s’opposer à ces mesures injustes, pénalisantes et totalement déconnectés de la réalité en signant la pétition en ligne « Non aux mesures anti-voiture de la Convention citoyenne pour le Climat ».