Accueil

80km/h : les usagers de la route s’unissent

À l’issue du Comité interministériel pour la Sécurité routière (CISR) qui s’est tenu le 09 janvier dernier, le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé l’abaissement généralisé de la limitation de vitesse de 90 à 80 km/h sur le réseau secondaire ; près de 400 000 km de routes sont concernés. L’association « 40 millions d’automobilistes », opposée à la mesure depuis les toutes premières annonces ministérielles, s’associe à la FFMC pour lutter contre l’entrée en vigueur des 80km/h, prévue pour le 1er juillet prochain et jugée inutile par 3 Français sur 4.

Une mesure inutile et inefficace

L’association « 40 millions d’automobilistes » l’a dit, répété et démontré durant des mois : l’abaissement généralisé de la vitesse maximale autorisée n’aura aucun effet positif sur l’accidentalité routière.

De l’expérimentation de la hausse de la limitation de vitesse au Danemark au cours de laquelle une baisse de l’accidentalité a été constatée, au test polémique des 80 km/h dans 4 départements français pendant 2 ans dont les résultats sont soigneusement tus par les Pouvoirs publics, les exemples de situations pour lesquelles le « théorème de Nilsson », qui voudrait que 1% de vitesse moyenne en moins permette une réduction de 4% de la mortalité routière, ne se vérifie pas.

En validant cette mesure, le Premier ministre a cédé à des lobbies très influents, mais totalement déconnectés des réalités routières, qui ne font de la « sécurité routière » qu’avec des formules mathématiques archaïques qui ne prennent pas en compte un comportement induit des conducteurs face à une mesure incomprise.

Les usagers de la route unis contre les 80 km/h

Suite à l’allocution du Premier ministre, la mobilisation des Français s’est encore accrue puisque cette mesure concerne tous les usagers de la route : automobilistes, motards, chauffeurs routiers… La grande majorité d’entre eux ne la comprend pas et ne l’accepte pas car elle reflète la focalisation exclusive et typiquement française qui est faite en France sur le facteur « vitesse », au détriment de toutes les (nombreuses) autres causes d’accident, telles l’alcoolémie au volant, les stupéfiants, la dégradation de l’état des routes, l’hypovigilance…

C’est cette réalité que les usagers veulent faire entendre aujourd’hui aux décideurs politiques ; en s’associant à la FFMC, l’association « 40 millions d’automobilistes » permet à tous les Français qui le souhaitent de se mobiliser et espère que le Gouvernement entendra les revendications des usagers de la route et reviendra sur sa décision. Car il est temps que le Gouvernement s’emploie à faire de la sécurité routière avec les usagers, et non contre eux.

Des actions sur le terrain et une mobilisation des élus parlementaires

Des rassemblements entre usagers de la route seront ainsi organisés dans les départements par la FFMC et « 40 millions d’automobilistes » pour recueillir l’opinion de tous et mettre sur pied des actions de mobilisation et des manifestations qui se tiendront partout en France au printemps.

Pour connaître les prochaines réunions organisées dans votre département, cliquez ici

Parallèlement, « 40 millions d’automobilistes » poursuit son action via la mobilisation des élus parlementaires, nombreux à s’être officiellement déclarés opposés à l’abaissement généralisé de la limitation de vitesse. Des rendez-vous sont déjà prévus entre l’association et des députés et sénateurs, et « 40 millions d’automobilistes » rencontrera avec plaisir tous ceux qui souhaitent soutenir les usagers de la route.