Accueil

Les PV pour non-désignation de conducteur envoyés à tort et à travers !

Cela ne vous aura certainement pas échappé : depuis le 1er janvier 2017, les chefs d’entreprise doivent désigner les salariés ayant commis des infractions au Code de la route, sous peine d’une amende forfaitaire pour non-désignation de conducteur s’élevant à 675€ et pouvant aller jusqu’à 1875€. Des sommes exorbitantes ayant pour but d’inciter les entreprises à « responsabiliser » leurs employés en cas d’infraction. L’association « 40 millions d’automobilistes », dénonce aujourd’hui une vague de PV frôlant la malhonnêteté. Vous pensiez que vous ne pouviez pas être concerné par cette mesure ? Détrompez-vous !

Les professions libérales et les auto-entrepreneurs pénalisés

Initialement, la mesure de sanction visait les entreprises possédant une flotte de véhicules conduits par différents employés : elle avait pour but, selon la Sécurité routière, de mettre tous les usagers de la route sur un même pied d’égalité. En effet, afin de protéger le permis de conduire de leurs salariés, il était courant que les chefs d’entreprise prennent en charge le paiement des amendes, évitant ainsi aux contrevenants la perte de point(s).

Or, depuis le 1er janvier 2017, ce sont des personnes exerçant en libéral ainsi que des auto-entrepreneurs qui ont la désagréable surprise de recevoir des PV pour non-désignation de conducteur, bien qu’ils soient, par définition, seuls dans leur propre société !

La raison de ce malentendu ? Le Centre national de Traitement des infractions (CNT) considère ces catégories de profession au même titre que toutes les autres entreprises, bien qu’elles ne soient pas forcément à la tête d’une flotte de véhicules et qu’il n’y ait qu’une seule personne dans la société. Comme les autres, ces personnes doivent donc désigner le conducteur en infraction, à savoir… elles-mêmes ! Naturellement, lorsqu’un(e) infirmièr(e) exerçant en libéral reçoit une contravention, il/elle ne pensera pas à s’auto-désigner auprès des autorités… Une démarche absurde compte tenu de leur statut ! Le/la contrevenant(e) paye alors directement l’amende, et trouve dans sa boite aux lettres, quelques semaines plus tard, un deuxième avis de contravention pour non-désignation de conducteur.

Pourquoi aucune mention n’apparaît sur les PV pour expliquer à ces personnes qu’elles doivent contester la contravention en se désignant elles-mêmes, avant de pouvoir payer leur amende ? Le Gouvernement aurait-il oublié ce cas de figure ? Ou s’agit-il d’une manœuvre douteuse visant à soutirer toujours plus d’argent aux contrevenants ?

De plus, « 40 millions d’automobilistes » a pu observer que dans certains cas, les contrevenants sont soumis à un retrait de points, indiquant que le paiement de l’amende initiale a bien été effectué en tant que personne physique, mais reçoivent tout de même la contravention pour non-désignation de conducteur, indiquant que l’amende a été réglée en tant que personne morale… Pourquoi de telles incohérences ?

Des usagers qui reçoivent l’amende alors qu’il s’agit de leur véhicule personnel !

Mais les professions libérales et les auto-entrepreneurs ne sont pas les seuls à recevoir injustement des PV pour non-désignation de conducteur. Selon des témoignages reçus par l’association « 40 millions d’automobilistes », des personnes circulant à bord de leur véhicule personnel ont également reçu ce type de contravention.

Si « 40 millions d’automobilistes » enquête encore pour savoir comment ces PV peuvent parvenir à des personnes qui étaient au volant de leur véhicule personnel, l’association a toutefois pu noter un point commun : ces personnes sont toutes à la tête d’une société.

C’est le cas par exemple de Raymond, agriculteur : c’est pour avoir circulé à bord de son véhicule personnel, immatriculé à son nom (en tant que personne physique), en dehors du cadre professionnel, qu’il a reçu une amende pour non-désignation de conducteur.

Il semblerait donc que le fait d’être gérant d’une entreprise suffise parfois pour recevoir un PV pour non-désignation de conducteur, même si l’infraction n’a pas eu lieu à bord d’un véhicule de société ! Cependant, le contrevenant a toutes les chances de faire classer sans suite sa contravention en contestant et en joignant la copie de sa carte grise, afin de prouver que l’infraction initiale a bien été commise avec un véhicule personnel et non d’entreprise.

Mais parmi les personnes verbalisées à tort, combien ont déjà payé l’amende pour non-désignation de conducteur par peur de devoir s’acquitter du montant majoré de 1875€ ? S’agit-il d’une erreur du Centre national de Traitement des Infractions ou d’une pratique complètement surréaliste ?

Des PV retardés à l’envoi pour pouvoir verbaliser davantage

La mesure de sanction pour les entreprises refusant de désigner leurs salariés en infraction n’a pris effet qu’à partir du 1er janvier 2017. Beaucoup pensaient donc que l’obligation de dénoncer ses salariés ne concernerait que les infractions commises à partir de 2017. Sauf que ce n’est pas la date de l’infraction qui fait foi… Mais la date d’émission de l’avis de contravention !

Ainsi, « 40 millions d’automobilistes » a pu constater que l’envoi d’un nombre important de PV pour des infractions commises à partir de novembre 2016 a probablement été retardé pour que les contraventions ne soient émises qu’après le 1er janvier 2017, afin de les faire entrer dans le cadre de la nouvelle loi.

Nombreux sont les chefs d’entreprise à avoir réglé les amendes de leurs salariés lorsque les dates des infractions étaient antérieures à 2017 et qui doivent maintenant s’acquitter de l’amende pour non-désignation de conducteur !

Pour l’association « 40 millions d’automobilistes », ce retard dans les émissions des contraventions ne peut pas être une coïncidence. Et à 675€ l’amende forfaitaire, les sommes générées ne doivent pas être négligeables !

Vous avez bien dit « sécurité routière » ?