Accueil

80km/h : la mesure ne « sauvera » pas les 400 vies annoncées par le Gouvernement, mais va coûter 3,8 milliards d’euros par an aux Français

Le Comité indépendant d’évaluation des 80 km/h (CIE) s’est donné pour mission d’évaluer la pertinence de la mesure d’abaissement de la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes du réseau secondaire dépourvues de séparateur central. Pour ce faire, le Comité étudiera notamment l’évolution de l’accidentalité et de la mortalité au cours des deux années que durera l’expérimentation, mais aussi d’autres questions, telles que les répercussions économiques et sociales sur les territoires et les populations concernés.

La crise profonde dite des « gilets jaunes » a en effet révélé combien la mesure des 80 km/h avait pu, en se surajoutant à la répression-ponction par le « tout-radar » et à la dangereuse dégradation de notre réseau routier, conduire à l’exaspération de l’immense majorité des Français, qui a explosé sous l’effet d’un choc fiscal sans précédent.

Une étude indépendante pour déterminer si les 80km/h sont opportuns du point de vue de l’intérêt général

Si le CIE regrette de ne pas avoir encore pu accéder aux bases de données de l’accidentalité routière malgré la demande officielle adressée voici deux mois par son président Jean- Luc Michaud au ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, les experts du Comité ont cependant commencé leurs travaux.

À l’occasion de sa deuxième réunion, le CIE publie donc une analyse prévisionnelle « coûts/avantages » de la mesure, conduite par le Pr Rémy Prud’Homme, conseiller scientifique du CIE et expert en économie des transports reconnu sur le plan international.

Depuis 2009, la loi française impose en effet que tous les grands projets d’investissement public fassent l’objet d’une étude d’impact chiffrée des effets bénéfiques et néfastes (exprimés par convention en valeur monétaire) induits par leur mise en œuvre. Cette évaluation doit déterminer si le projet est opportun du point de vue de l’intérêt général.

L’étude indépendante du CIE porte essentiellement sur les deux principaux impacts de la baisse de la limitation de vitesse à 80 km/h : la réduction escomptée du nombre d’accidents de la route dus à des vitesses excessives ou inadaptées et la perte de temps imputable mécaniquement à la diminution de la vitesse moyenne pratiquée sur le réseau routier effectivement concerné par la nouvelle limitation.

Les 80km/h ne sauveront pas les 400 vies annoncées par le Gouvernement

Pour Jean-Luc Michaud, président du CIE, une première conclusion s’impose selon les données actuellement disponibles : « L’abaissement de la vitesse à 80 km/h ne permettra malheureusement pas la réalisation de l’objectif gouvernemental d’une baisse de 400 tués sur les routes concernées. De plus, l’étude montre que cet échec prévisible sera aggravé par 200 000 années perdues sur les routes, ce qui représente un coût final net de 3,8 milliards d’euros par an, qui pénalisera principalement les habitants et l’économie des régions les plus fragiles ».

L’étude estime en effet le temps perdu induit par la baisse de la vitesse moyenne de -4 km/h sur ces routes à 300 millions d’heures (l’équivalent de 200 000 années de travail ou de loisirs), soit un coût conventionnel de 4,4 milliards d’euros par an. D’autre part, les calculs montrent que, sur les 530 personnes au total décédées en 2017 dans des accidents de la route dus partiellement ou principalement à la vitesse, moins d’une centaine de décès sont susceptibles d’être « évités » sur le réseau à 80 km/h, équivalant par convention à 600 millions d’euros épargnés. Le coût final net de la mesure des 80 km/h avoisinerait ainsi les 3,8 milliards d’euros par an, compte non tenu des surcoûts liés par exemple aux multiples modifications de la signalisation routière, également à la charge des contribuables.

Cette analyse est provisoire et fera l’objet de précisions et d’améliorations au cours des prochains mois et en fonction des données complémentaires auxquelles le Comité, qui attend des pouvoirs publics la plus grande transparence sur ce sujet sensible, pourra accéder à l’avenir (linéaire et trafic des routes concernées, relevés des vitesses pratiquées sur ce réseau, accidentalité routière constatée, part du facteur ‘vitesse’ dans la survenue des accidents de la route…).

Vinci renonce à se faire rembourser les opérations « péages gratuits » des « gilets jaunes » : une victoire pour les automobilistes

Alors que les sociétés concessionnaires d’autoroutes Vinci et APRR annonçaient publiquement vouloir demander aux automobilistes ayant profité des opérations « péages gratuits » menées par les « Gilets jaunes » au cours des dernières semaines de rembourser la note, celles-ci déclarent ce soir renoncer à poursuivre les usagers ne s’étant pas acquittés des péages dus ; un soulagement et une victoire pour l’association « 40 millions d’automobilistes », qui reste cependant mobilisée contre la hausse des tarifs de péage prévue en février 2019.

L’annonce avait réveillé la colère des « Gilets jaunes » et des automobilistes français : alors que les premiers avaient décidé d’ouvrir les barrières des péages d’autoroute – symboles de l’acharnement fiscal et tarifaire qui accule les usagers de la route – les sociétés concessionnaires estimaient être victimes de dizaines de millions d’euros de manque à gagner, et prévoyaient de se faire rembourser directement auprès des automobilistes concernés.

« 40 millions d’automobilistes » jugeait alors cette décision « indécente » étant donnés le contexte social particulièrement tendu et les bénéfices engrangés chaque année par les sociétés concessionnaires.

Ce soir, l’association est soulagée d’apprendre le renoncement de Vinci et d’APRR, mais alerte sur le fait que des hausses tarifaires sont toujours prévues au 1er février 2019 – elles pourraient être de l’ordre de 2% – et reste mobilisée pour défendre le pouvoir d’achat des automobilistes.

Auto Fil n°59

Cliquez sur l’image ci-dessus pour consulter le numéro

Auto Fil novembre 2018 – Le journal de « 40 millions d’automobilistes »

Sommaire :

  • Une nouvelle faille dans les PV de non-désignation mise au jour
  • Loi d’orientation des mobilités : non aux péages urbains !
  • Les mesures qui ont plombé le pouvoir d’achat des automobilistes en 2018
  • Passage à l’heure d’hiver : la check-list de l’automobiliste
  • Nouveaux engins de déplacement personnels : quelle réglementation ?

Sans réponse pour les automobilistes, le Président va droit dans le mur… à 80km/h !

L’allocution du Président de la République Emmanuel Macron du lundi 10 décembre 2018 était particulièrement attendue. Elle devait apporter des réponses concrètes aux revendications des « Gilets jaunes » et apaiser le mécontentement des Français, né d’un sentiment de mépris de la part des élites dirigeantes.

Une mesure, en particulier, avait cristallisé la colère des usagers de la route dès le mois de janvier 2018 : l’abaissement de la limitation de vitesse à 80 km/h, défendue bec et ongles par le Premier ministre Édouard Philippe, malgré les réticences exprimées à la fois par les élus parlementaires, départementaux et municipaux et l’hostilité franche d’une large majorité des Français.

Depuis, la rupture est consommée entre le Gouvernement et les automobilistes. Et alors que ceux-ci attendaient un geste fort d’Emmanuel Macron concernant les dernières mesures dites « de sécurité routière », le Chef de l’État n’a pas même eu un mot à leur égard. Si un début de réponse aura pu être apportée à certaines revendications, celles des usagers de la route français n’ont pas été entendues. L’association « 40 millions d’automobilistes » renouvelle donc aujourd’hui, mardi 11 décembre 2018, son appel au Président de la République à renoncer aux 80 km/h.

Les manifestations contre la mise en œuvre des 80 km/h ont rassemblé des dizaines de milliers d’automobilistes et de motards au printemps dernier ; les pétitions continuent à recueillir des centaines de milliers de signatures ; Les Français sont des millions à s’opposer à la mesure. Mais rien n’y a fait.

L’association « 40 millions d’automobilistes » estime qu’il s’agit d’une preuve de plus, s’il en fallait, qu’Emmanuel Macron a pris l’habitude de gouverner et de réformer sans tenir compte de l’avis des Français. Mais à force d’empiler les mesures hostiles aux automobilistes, il ne peut pas s’étonner du ras-le-bol qui s’exprime aujourd’hui. Il a mis lui-même le feu aux poudres, et en persistant dans son refus d’apporter les réponses qui s’imposent, il continue à attiser la flamme.

Car ce mouvement de contestation sociale, s’il porte aujourd’hui des revendications essentiellement liées au pouvoir d‘achat, est bel et bien né de la surenchère répressive et fiscale qui pèse sur les automobilistes.

Les nombreuses destructions de radars automatiques (la moitié d’entre eux, à l’échelle nationale, serait aujourd’hui hors d’usage) depuis l’entrée en vigueur des 80 km/h sont l’expression du divorce entre l’État et les Français. Et si toute dégradation de biens publics est condamnable, elle traduit le fait que les radars sont devenus pour les usagers français le symbole de la taxe et de l’injustice fiscale.

Pour éteindre l’incendie, le Président de la République doit revenir sur la première étincelle, l’origine de la colère. Typiquement, la mesure des 80 km/h est le symbole du mépris des énarques dirigeants pour le peuple qu’ils gouvernent. Emmanuel Macron a déjà reconnu publiquement que « les 80 km/h étaient une connerie » ; il doit désormais aller au bout de cette déclaration en revenant purement et simplement sur leur application. Tant que l’abandon de cette mesure n’aura pas été prononcé, il n’y a pas de réconciliation possible entre Emmanuel Macron et les automobilistes français.