Accueil

Coronavirus : le secteur auto aussi touché

Depuis le 17 mars 2020, afin de contrer l’avancée du Covid-19 l’ensemble du territoire français est au ralenti : commerces non essentiels fermés, population confinée à domicile…

Contrôle technique : 3 mois de dépassement autorisé

De nombreux automobilistes se sont alors posés la question de l’impossibilité de passer leur contrôle technique et craignent donc la verbalisation en cas d’arrivée à échéance. Et en effet de nombreux centres de contrôle technique ont fermé leurs portes depuis l’annonce du confinement, malgré les autorisations d’ouvertures accordées à ces établissements par le gouvernement.

Pour rappel, le défaut de contrôle technique est sanctionné par une contravention de la 4ème classe, soit une amende forfaitaire de 135 euros. Aucun retrait de point n’est prévu pour cette infraction. Le gouvernement a donc pris ses responsabilités et a annoncé le lundi 23 mars qu’il accordait une tolérance de dépassement de 3 mois de l’échéance du contrôle technique pour les véhicules légers et de 15 jours pour les poids lourds.

Une mesure de bon sens que réclamait l’association « 40 millions d’automobilistes ».

Report de la date pour bénéficier du bonus écologique

Autre préoccupation occasionnée par cette crise sanitaire : le bonus écologique. Depuis le 1er janvier 2020, l’aide financière accordée pour l’achat d’une voiture électrique neuve est passée de 6000 à 3000 €. Le décret du 30 décembre 2019 stipulait que tout véhicule commandé en 2019 et livrés avant le 31 mars 2020 bénéficierait du bonus écologique d’un montant de 6000€. Cette date est maintenant repoussée au 15 juin 2020. La cause de ce report de date est bien entendu liée à la crise de Covid-19 qui entraîne des retards sur la livraison des véhicules commandés en 2019.

Comment geler vos mensualités automobiles ?

Sachez que des aménagements sont possibles pour réduire les mensualités de vos crédits auto/moto ou encore de tous les système de LOA /LDD. Il vous suffit dans un premier temps de retrouver votre contrat de prêt ou de location, dans lequel vous pourrez retrouver les conditions d’une éventuelle modulation (la durée, le nombre maximum de modulation acceptées chaque année, ainsi que la durée maximale d’allongement de la durée du contrat). Dans un second temps, il faudra entrer en contact avec votre conseiller bancaire ou le service lié au financement de votre constructeur automobile à qui vous pourrez exposer vos problèmes actuels liés à la crise du coronavirus et ainsi obtenir un report partiel voir total de vos mensualités.

Disparition du Vice-Président de « 40 millions d’automobilistes »

C’est avec la plus profonde tristesse que toute l’association « 40 millions d’automobilistes » a appris hier soir, lundi 30 mars 2020, la disparition brutale de son vice-président, Jean-Louis FILIPPINI, victime du terrible coronavirus.

Passionné par cet extraordinaire outil de liberté qu’est l’automobile, il a su épouser de suite notre raison d’être pour porter haut et fort la parole des automobilistes et défendre leurs intérêts.

« Jean-Louis m’accompagnait depuis le début de ma Présidence à « 40 millions d’automobilistes » en juin 2012. Il laisse l’empreinte profonde et irremplaçable de ceux que nous aimons tous. Je ne peux pas encore y croire, nous ne pouvons pas y croire ! » a réagi avec émotion Daniel QUERO, président de l’association.

Reconnu, respecté et tellement apprécié de toute l’équipe de « 40 millions d’automobilistes », Jean-Louis FILIPPINI nous manque déjà et nous nous attacherons à poursuivre notre mission chaque jour avec son image qui restera éternellement à nos côtés.

Nous pensons très fort à lui et adressons tout notre soutien à sa famille que nous soutenons dans cette terrible épreuve.

L’association « 40 millions d’automobilistes » lance « Raconte-moi ton 80 »

80km/h : 4 automobilistes sur 5 sollicitent de nouvelles actions

Dans ce climat particulièrement difficile d’épidémie du coronavirus, un dilemme s’imposait à « 40 millions d’automobilistes », qui a considéré que seule la décision des automobilistes devait régir l’action de l’association.

Un sondage a donc été lancé le 11 mars dernier auprès des usagers de la route : « L’association ’40 millions d’automobilistes’ doit-elle lancer les actions qu’elle a prévues contre les 80 km/h dans les prochains jours ? »

Le soutien que l’association a reçu en faveur du maintien de ses actions a été massif : 79% des répondants ont répondu positivement à la question, et ce malgré le contexte compliqué où les préoccupations des automobilistes ont été reléguées au second plan dans les médias.

Une action testimoniale pour remettre la voix des automobilistes au cœur du débat

A l’heure où l’automobile devient plus que jamais le seul moyen de déplacement sécurisant par rapport à la pandémie, « 40 millions d’automobilistes » lance « Raconte-moi ton 80 », une grande action testimoniale visant à faire entendre l’opinion des automobilistes, leur vie, leurs arguments.

Par le biais du site Internet dédié www.racontemoiton80.com, l’association attend les témoignages des usagers pour savoir comment les 80km/h ont changé leur quotidien, ainsi que leur ressenti quant à la mesure en matière de sécurité routière.

Cette action ne se limitera pas à ce site internet d’envergure ; de ces témoignages ressortira la publication d’un livret à destination des Pouvoirs publics qui établira une cartographie précise des motifs de rejets de la mesure par les automobilistes.

A vous de jouer !

Qu’est ce que cette diminution de la limitation de vitesse a changé dans votre quotidien ? Vous sentez-vous davantage en sécurité sur les routes à 80km/h ? Est-ce que cela a restreint votre mobilité ?

L’association « 40 millions d’automobilistes » attend vos témoignages sur www.racontemoiton80.com !

Le délégué général de « 40 millions d’automobilistes » a un message important pour vous

L’association « 40 millions d’automobilistes » avait besoin que vous preniez une décision pour la suite de ses actions, notamment sur l’épineux dossier des 80km/h.

Vous êtes 79% à estimer que l’association doit lancer, dans les prochains jours, sa prochaine action en faveur d’un retour à 90km/h sur les routes secondaires, et ce malgré ce contexte compliqué où les préoccupations des automobilistes ont été reléguées au second plan dans les médias. 

Pour vous remercier et vous expliquer la suite des événements, le délégué général de l’association, Pierre Chasseray, vous invite à regarder ce message vidéo.

L’appel à la prudence de « 40 millions d’automobilistes »

Depuis hier, lundi 16 mars 2020, la situation de la mobilité Française a littéralement été chamboulée. Le mot de « confinement » est prononcé par le Gouvernement et il s’agit pour tous les acteurs d’envoyer les signaux justes.

Ainsi, alors que les hôpitaux Français, les services d’interventions d’urgence et les forces de l’ordre sont en alerte sur la prise en charge impérative des malades du Coronavirus, il est capital d’observer la plus grande prudence dans nos déplacements sur la route.

Si le nombre d’accidents va assurément se réduire par rapport à la même période des années précédentes, les routes désertées pourraient cependant conduire, de manière isolée, à des comportements dangereux.

L’association « 40 millions d’automobilistes » appelle donc à la plus grande prudence sur les routes, rappelant à titre d’exemple que 16% des accidents mortels ont lieu au niveau des intersections.

Soyez prudents ! La priorité des hôpitaux ne doit pas être la route.

Coronavirus : son impact sur le comportement des automobilistes

Sujet principal des médias en ce moment, le CoViD-19 inquiète les populations. Son impact sur l’économie est déjà notable, mais quid de celui sur les transports et l’automobile en particulier. Pour en savoir plus, l’association « 40 millions d’automobilistes » a réalisé un sondage sur la période du 5 au 10 mars 2020 auprès des internautes pour mesurer son impact sur le comportement des Français en termes de mobilité. De ce fait, le sondage ne prend pas encore en compte l’évolution de la situation depuis, notamment les mesures drastiques prisent en Italie. 

Le retour aux 90km/h : le sujet est-il relégué au second plan ? 

D’après environ 79% des personnes ayant répondu au sondage, le CoViD-19 semble au coeur des débats et met de l’ombre sur les autres thèmes et notamment celui du retour aux 90km/h, menaçant ainsi la portée des actions de « 40 millions d’automobilistes ». 

Les transports en commun menacés 

Suite à la déclaration du Président de la République Emmanuel Macron annonçant que « nous avons devant nous une épidémie », la grande majorité des sondés (82,3%) préfèreraient la voiture comme moyen de transport, contre 7% pour la moto, 5,4% la marche et 3,6% le vélo. Le bus arrive en dernière position avec 0,26% des voix, ce qui confirmerait une véritable crainte des transports en commun face à une épidémie favorisant alors le transport en automobile, à cela s’ajoute le fait que la présence de ce virus en France inciterait 62% d’entre nous à privilégier la voiture. Un déplacement en automobile certes, mais potentiellement en solitaire puisque pas loin de 48% estiment que le coronavirus menace le développement du covoiturage très en vogue ces derniers temps. Pour l’instant, près de 50% des sondés craignent les transports en commun, 35% ne s’en inquiètent pas et 15% n’ont pas d’avis. 

Aujourd’hui, les rassemblements de plus de 1000 personnes sont annulés. Dans ce contexte, environ 42% estiment que la fermeture partielle ou totale des transports en commun est opportune contre 39% ayant un avis contraire. Ensuite, les ventes de véhicules neufs sont déjà en déclin depuis le début de l’année d’environ 20% et les opinions quant à l’impact du virus sur les ventes de véhicules neufs divergent : 40% pensent que le CoViD-19 aura un impact sur ces ventes, 39% pensent que non. 

Un changement des habitudes relativement timide 

Malgré l’influence du coronavirus à l’échelle économique mondiale, causant une baisse du prix des carburants par effet boule de neige suite à la baisse de la consommation chinoise, près de 60% des personnes ayant répondu au sondage ont constaté cette baisse mais seulement 18% estiment que cela a eu un effet positif sur leurs déplacements. 

Si l’on va dans le détail, les résultats du sondage montrent que parmi les personnes interrogées, 78% environ estiment que le CoViD-19 ne les incite pas à limiter leurs déplacements. Cela peut s’expliquer par les contraintes professionnelles car chaque Français(e) doit pouvoir se rendre à son travail, ce qui est d’autant plus compliqué pour les populations rurales. Ensuite, 94% prétendent ne pas avoir roulé plus depuis l’apparition du coronavirus. 

L’impact du coronavirus sur les mobilités d’un point de vue politique 

Comme montré précédemment, le coronavirus affecte pour l’instant légèrement les mobilités en France en général. C’est pourquoi près de 74% des sondés pensent que l’apparition du CoViD-19 ne modifie pas la perception des élus et candidats sur la nécessité de l’automobile en France mais selon les retours du sondage, on peut à l’avenir et en fonction de l’évolution de la situation prévoir un impact plus grand de l’épidémie sur les transports et un changement des habitudes accru auprès de la population française. 

Comment contester un forfait post-stationnement ?

Depuis le 1er janvier 2018, le système du forfait post-stationnement (FPS) a remplacé l’amende pour non-paiement de stationnement commun à toutes les villes de France. L’amende de 17€ a donc disparu au profit d’un forfait fixé par la collectivité, accompagné d’une privatisation de la verbalisation qui a engendré de nombreux couacs dénoncés par le Défenseur des Droits Jacques Toubon.

Contester un FPS s’avère être un véritable parcours du combattant ; « 40 millions d’automobilistes » vous indique la marche à suivre pour faire valoir vos droits.

1/ Effectuer un RAPO

L’automobiliste doit dans un premier temps effectuer un recours administratif préalable obligatoire (RAPO). Pour garantir la recevabilité de son recours, il doit transmettre, dans le délai d’un mois, l’ensemble des pièces justificatives suivantes:

  • Une copie de l’avis de forfait post-stationnement
  • Un courrier explicatif avec vos arguments
  • Une copie du certificat d’immatriculation du véhicule

Le recours peut se faire soit par la voie électrique, soit par la voie postale, toutes deux mentionnées sur l’avis de paiement. À noter que pour la voie postale, il est nécessaire de faire partir le courrier en recommandé avec AR pour se prémunir des preuves de son envoi.

L’administration a ensuite un délai d’un mois pour répondre à la requête de l’automobiliste. Si à l’issue de ce délai aucune réponse n’a été adressée par la collectivité, cela vaut rejet.

2/ Contester le rejet du RAPO

En cas de rejet du recours (soit par le silence, soit par une réponse de l’administration), l’automobiliste a la possibilité de poursuivre sa contestation en la portant devant la Commission du Contentieux du Stationnement Payant (CCSP), dans un délai d’un mois.

Pour saisir la CCSP, l’automobiliste doit tout d’abord s’acquitter du FPS et fournir le justificatif de paiement, sans quoi le recours sera déclaré irrecevable.

Il faudra également transmettre les pièces suivantes : le formulaire de recours disponible sur le site de la CCSP, la copie de l’avis de paiement initial, la copie du RAPO et, si la collectivité a rendu une décision suite au RAPO, une copie de ce courrier.

La requête peut être effectuée par voie électronique ou par courrier postal à l’adresse suivante : Commission du contentieux du stationnement payant, TSA 51544, 87021 LIMOGES CEDEX 9.

Les délais de réponse de la CCSP peuvent parfois prendre plusieurs mois.

Si l’automobiliste obtient gain de cause, il pourra alors obtenir le remboursement de son FPS.