Accueil

65h dans les bouchons à Paris en 2016

La capitale française est de plus en plus embouteillée. Les parisiens ont passé en moyenne 65 heures dans les bouchons l’année dernière : retrouvez l’interview de Pierre Chasseray, délégué général de « 40 millions d’automobilistes » pour Itélé à ce sujet.

Les Français et les radars mobiles

Cliquez sur l’image ci-dessus pour consulter l’enquête

Les Français et les radars mobiles

Selon l’enquête Harris Interactive pour « 40 millions d’automobilistes » réalisée en ligne du 10 au 12 janvier 2017, 78% des Français s’opposent à la privatisation des radars embarqués. Enquête réalisée sur un échantillon de 1015 personnes représentatif des Français âgés de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

Auto Fil n°40

Cliquez sur l’image ci-dessus pour consulter le numéro.

 

Auto Fil décembre 2016/janvier 2017 – Le journal de « 40 millions d’automobilistes »

Le Baromètre du Véhicule de Collection

À l’occasion du salon Rétromobile qui se tiendra du 08 au 12 février prochain au Centre des Expositions, Porte de Versailles à Paris, l’association « 40 millions d’automobilistes » publie aujourd’hui, lundi 06 février 2017, le premier Baromètre du Véhicule de Collection, réalisé grâce aux données du réseau Classic Expert, dédié à l’univers des voitures anciennes et des véhicules de collection.

On estime à 800000 le nombre de véhicules de collection de France, preuve de l’engouement intact des automobilistes pour les vieilles mécaniques et les belles carrosseries. Les Français restent très  attachés à ces objets patrimoniaux, qui ne sont pas seulement des voitures de légende réservées à quelques privilégiés fortunés, mais aussi des véhicules qui ont sillonné nos routes au quotidien il y a 30 ans ou plus.

Ainsi, on retrouve dans le baromètre le palmarès des 10 véhicules de collection les plus convoités sur le marché (parmi ceux dont le prix d’acquisition reste « raisonnable » pour un passionné) :

  1. La Fiat 500
  2. La Citroën 2ch
  3. La Volkswagen Coccinelle
  4. La Citroën DS
  5. La Citroën Traction A V
  6. La Ford Mustang (de 1964 à 1969)
  7. La Chevrolet Corvette
  8. La Porsche 911
  9. La Renault Alpine A 110 Berlinette
  10. La Jaguar Type E

En plus de ce palmarès, le Baromètre du Véhicule de Collection offre quelques informations utiles sur le passage d’un véhicule en qualification « collection » : quels véhicules peuvent prétendre à la mention « collection » ? Comment obtenir la carte grise « collection » ? Quelles sont les particularités juridiques liées à cette qualification ?

Le Baromètre du Véhicule de Collection

Cliquez sur l’image ci-dessus pour consulter l’enquête

Baromètre du véhicule de Collection

L’association « 40 millions d’automobilistes » publie le premier Baromètre du Véhicule de Collection, réalisé grâce aux données du réseau Classic Expert, dédié à l’univers des voitures anciennes et des véhicules de  collection.

Les avertisseurs de zones de danger ne sont plus menacés

Le 21 octobre 2016, le sénateur Jean-Pierre Grand faisait part de sa volonté de rendre illégaux les moyens permettant de prévenir les usagers de la route de contrôles de la part des forces de l’ordre. Cette proposition se concrétisait avec un amendement déposé par le sénateur : « Le fait de diffuser, par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le support, tout message de nature à signaler la présence des forces de sécurité intérieure est puni de six mois d’emprisonnement et de 7500€ d’amende. » Particulièrement visés par cette mesure, les systèmes avertisseurs de zones de danger. Opposée à l’amendement, l’association « 40 millions d’automobilistes » dénonçait une mesure abusive , destinée à piéger les automobilistes et à accroître encore l’argent des radars.

L’amendement tombe à l’eau

L’amendement, qui devait être soumis au vote du Sénat dans le cadre du projet de loi Sécurité publique, a finalement été retiré par le sénateur Jean-Pierre Grand lui-même. En effet, les sanctions suggérées en cas de signalement de la présence des forces de l’ordre ont été jugées « disproportionnées » par le rapporteur François Grosdidier, « au regard de l’article 8 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen et, d’une façon générale, de l’échelle des peines« , qui a également précisé que « la façon la plus fréquente de signaler la présence policière est souvent le simple appel de phare fait par un automobiliste« . Des arguments approuvés par le Ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux.

Ainsi, menacé d’un avis défavorable, le sénateur Jean-Pierre Grand a été contraint de renoncer à sa proposition.

Des outils qui incitent les automobilistes à davantage de vigilance

Le retrait de cet amendement est un soulagement pour les utilisateurs d’avertisseurs de zones de danger. Pour « 40 millions d’automobilistes », le fait d’interdire toute signalisation, que ce soit par le biais des réseaux sociaux ou de boîtiers communautaires, est insensé car ces outils ont un véritable rôle à jouer dans la sécurité routière : ils préviennent des zones potentiellement dangereuses, rappellent les limitations de vitesse et favorisent donc la vigilance des usagers.