Flash Actu

Nouveaux radars embarqués : et c’est pas fini !

Hier, mardi 23 juin 2015, la Sécurité routière annonçait augmenter d’ici fin 2015 son parc de radars mobiles embarqués avec 61 nouveaux véhicules Dacia Sandero.
 

Un dispositif mis en place sur un réseau marqué par les changements incessants de limitations de vitesse

 
Principalement destiné au réseau secondaire soumis à de très fréquentes variations de limitations de vitesse oscillant le plus souvent entre 90 et 70 km/h, ce système de radar embarqué mis en service depuis plus d’un an permet aux Forces de l’Ordre de flasher le véhicule par l’avant et dans les deux sens de circulation.
 
Pour « 40 millions d’automobilistes », la volonté ministérielle d’obtenir des résultats et de recourir à la « peur du gendarme » à la veille des départs en vacances est compréhensible. Cependant, l’association ne voit pas la vertu de prévention, nécessaire pour faire changer les comportements. En effet, un conducteur verbalisé pendant ses vacances ne le saura pas, ne se fera pas arrêter et retrouvera seulement un PV en rentrant chez lui trois semaines après.
 
S’il s’agit d’une arme anti-chauffards, d’accord. Mais si on les utilise dans des zones piégeuses et que cela devient une arme anti-chauffeurs, c’est inacceptable. Certes, c’est sur le réseau secondaire que nous constatons le plus d’accidents. Mais quelles en sont les causes ? Les investissements dans les infrastructures de sécurité se réduisent comme peau de chagrin. Un accident sur trois implique l’alcoolémie. Et pourtant, nous restons campés sur l’unique répression de la vitesse, quitte à en oublier toutes les autres véritables causes d’accidents.
 

Une intensification de la répression

 
L’automatisation et la banalisation de la sanction à l’excès perd toute vertu pédagogique. Il faut arrêter de sanctionner par la robotisation et regarder les comportements des automobilistes sur les routes. Nous devons impérativement trouver un équilibre entre une politique de répression acceptable et la politique actuelle du « tout répressif » pour permettre l’alchimie entre discours de sécurité et confiance envers les automobilistes.