Flash Actu

Non à la pastille verte, synonyme de clivage social

Ce matin, les colonnes du Parisien / Aujourd’hui en France annoncent la possibilité d’un retour « d’une pastille verte » (mise en place en 1998) qui pourrait être décidé ce soir au sein du Comité Interministériel à la Qualité de l’Air. Ce dispositif avait été rendu rapidement obsolète par l’évolution des véhicules et la généralisation des pots catalytiques. Si la réapparition de cette pastille peut apparaitre comme un gadget sans effet, il convient néanmoins de nous interroger sur les conséquences négatives qu’elle pourrait entrainer.
 
Car derrière un faux argument environnemental se dessine en filigrane des mesures sociales potentiellement ravageuses d’interdictions de circulation pour les véhicules jugés écologiquement incompatibles.
 
« 40 millions d’automobilistes » estime que si on souhaitait chasser des villes les foyers les plus modestes, on ne s’y prendrait pas mieux ! La pastille verte est une mesure discriminatoire qui renforce l’idée d’une exclusion sociale des plus modestes qui n’ont pas les moyens financiers de renouveler leur véhicule. Tout comme dans le système du bonus-malus, ce sont bien une nouvelle fois les véhicules familiaux qui seront touchés mais aussi tous les automobilistes qui ont besoin de volume et d’espace pour transporter leur matériel ou bien encore ceux qui font le choix du confort et de la sécurité lorsqu’ils voyagent.
 
La pastille verte n’est rien de plus qu’une discrimination qui n’ose dire son nom vis-à-vis de ceux qui ont besoin d’ un tel véhicule, en particulier les familles. Peu importe le kilométrage et le CO2 émis, ce que l’on pointe du doigt, c’est la possession du véhicule. Plutôt que de réinventer la pastille verte et une politique d’exclusion des villes qui pourrait en être une conséquence directe, il serait préférable de mettre en place une politique d’incitation au renouvellement des véhicules par le biais d’une prime à l’achat d’une auto d’occasion plus récente et moins polluante.
 
La solution aux émissions polluantes se trouve bien évidemment dans le renouvellement du parc automobile, mais ce n’est pas par la stigmatisation engendrée par la pastille verte que nous atteindrons cet objectif.