Flash Actu

Non à la fermeture des voies sur berge à Paris

La politique hostile à l’automobile conduite par la Mairie de Paris ne souffre déjà plus du moindre doute. Alors que la capitale avance d’un grand pas dans sa chasse à l’automobiliste en décidant de fermer les voies sur berges rive gauche à la circulation automobile, « 40 millions d’automobilistes » ne va certainement pas en rester là. Et pour cause : au travers de cette mesure, c’est un véritable chemin à contre-sens que semble emprunter la municipalité.

À l’origine, les voies sur berges ont été créées afin de fluidifier les déplacements dans Paris intra-muros au moyen d’une voie rapide, la création des voies sur berges décidée en 1966 représente un investissement lourd mais rapidement justifié par des résultats probants en termes de circulation urbaine. Mais en prenant une telle mesure, la mairie de Paris espère avant tout réduire la circulation automobile : or, on ne fait disparaître les automobilistes en fermant une voie de circulation ! « 40 millions d’automobilistes » ne manque pas de faire remarquer que non seulement le trafic sera reporté sur d’autres voies, mais en plus, selon la société d’études d’info-trafic Inrix, les coûts liés aux embouteillages à Paris entre 2013 (année de fermeture des voies sur berges) et 2030 augmenteront de +51% et les émissions annuelles de CO2 de +13%.

« 40 millions d’automobilistes » appelle les Franciliens à se mobiliser sur la pétition www.nonalafermeturedesvoiessurberges.com .