Flash Actu

Mini-radars tourelles : la nouvelle invention pour renflouer les caisses de l’État !

Un nouveau genre de radar vient d’être installé dans deux communes françaises : le mini-radar tourelle. Présents dans un premier temps uniquement dans les agglomérations de Montpellier et Montbéliard pour une phase d’expérimentation de 6 mois, ces nouvelles machines vont venir augmenter encore le nombre d’appareils de contrôle-sanction automatisé, que l’on compte déjà par milliers sur les routes françaises. L’association « 40 millions d’automobilistes » dénonce une politique axée exclusivement sur la rentabilité du parc radars, au détriment de la sécurité des usagers. 

Les radars tourelles se généralisent peu à peu

Le compte d’affectation spécial « Contrôle de la circulation et du stationnement routier » annexé au projet de loi de finances pour 2020 prévoit de porter le parc radars à 4400 appareils d’ici la fin de l’année. Parmi ceux-ci, ce sont quelque 1200 radars tourelles, ces nouveaux dispositifs de contrôle installés en haut d’un mât, capables de verbaliser toutes sortes d’infractions (mais pour le moment seulement homologués pour verbaliser de l’excès de vitesse et le  franchissement de feu rouge), qui ont été installés ces derniers mois le long de nos routes. 

Radar fixe, radar discriminant, radar mobile, voiture-radar, radar chantier, radar tronçon, radar tourelle… Et maintenant, mini-radar tourelle. La France est devenue le catalogue mondial des radars en tous genres. Cela serait risible si ce n’était pas purement et simplement la preuve de l’incompétence de la Sécurité routière à mettre en oeuvre une politique réellement efficace pour réduire l’accidentalité routière…

La Sécurité routière rivalise de bonnes idées pour renflouer les caisses de l’État

L’association « 40 millions d’automobilistes » rappelle que ce sont tout de même plus de 1,8 milliard d’euros qui ont été pris dans la poche des automobilistes français l’an dernier (dont près de la moitié par les radars automatiques) et qu’une grande partie de cette manne incroyable atterrit directement dans le budget général de l’État, sans jamais servir la sécurité des usagers…

Si la période d’expérimentation devrait offrir un répit aux automobilistes puisque les premiers mini-radars tourelles ne verbaliseront pas, ils devraient très rapidement se multiplier pour se compter par dizaines dans les grandes villes françaises. La Sécurité routière envisage à terme l’installation de 500 de ces équipements en zone urbaine. 

Ainsi, « 40 millions d’automobilistes » appelle les usagers à continuer à se mobiliser sur sa pétition « Plus un radar de plus », qui recueille à ce jour près de 147000 signatures.