Flash Actu

Limiter la vitesse des autoroutes traversant les villes ?

Dimanche 2 août, la ministre de l’Écologie et des Transports Ségolène Royal s’est dite favorable à l’idée d’abaisser la vitesse à 90 km/h sur les autoroutes qui traversent les villes pour lutter contre la pollution. Une nouvelle restriction à l’encontre des automobilistes risque donc de s’ajouter à la longue liste déjà existante.

La planète a le dos large…

Tout commence le 17 juillet 2015, quand Nicolas Daragon, le maire de Valence dans la Drôme, adresse une lettre au ministère de l’Écologie afin de réclamer l’abaissement à 90 km/h de la limitation de vitesse sur l’autoroute urbaine traversant sa commune, au lieu de la limitation à 110 km/h actuellement en vigueur. Raison évoquée ? Protéger la santé de la population vivant à proximité de l’autoroute contre la pollution de l’air et les nuisances sonores.

Ségolène Royal a répondu favorablement à la requête hier, dimanche 2 août 2015. Mais la ministre ne se contente pas de donner son accord seulement pour la ville de Valence. En effet, elle précise que de manière générale, abaisser les limitations de vitesse sur les autoroutes urbaines lui paraît être une mesure de bon sens. Par conséquent, si d’autres villes venaient à exprimer une demande similaire, un avis favorable serait également prononcé. La décision sera toutefois prise en conseil interministériel.

Ainsi, 12 autres villes sont concernées par l’abaissement de la limitation de vitesse de leur autoroute urbaine : Angers, Cagnes-sur-Mer, Lyon, Mantes-la-Ville, Montreuil-sous-Bois, Nemours, Reims, Saint-Laurent -du-Var, Strasbourg, Toulon, Tours et Villejuif.

Pour justifier la demande d’abaissement de la limitation de vitesse sur les autoroutes traversant les villes, l’argument écologique a donc été brandi. S’il est évident que l’amélioration de la qualité de l’air passe par un effort collectif, il faut en revanche rappeler que, contrairement aux contre-vérités assénées haut et fort par les partisans du langage de la peur d’un air devenu irrespirable (83 % des habitants d’Île-de-France sont encore convaincus que la qualité de l’air se dégrade), la qualité de l’air ne cesse de s’améliorer d’années en années. L’association AirParif précise par ailleurs que la situation s’est « nettement améliorée en 10 ans ».

Tous les jours, une nouvelle restriction

C’est donc une nouvelle mesure à l’encontre des automobilistes qui vient s’ajouter à une liste déjà bien fournie des restrictions en tous genres. Il ne se passe plus une seule journée sans qu’une nouvelle mesure contraignante soit évoquée, venant accroître tous les jours un peu plus le ras-le-bol des usagers de la route.

L’association  » 40 millions d’automobilistes  » fait remarquer que, sur autoroute, les fluctuations des limitations de vitesse sont déjà incessantes et cela insupporte les automobilistes. Qu’en sera-t-il quand, d’un seul coup, la limitation passera de 110 à 90 km/h, ou même de 130 à 90 km/h ? Une conduite apaisée et le respect de l’environnement passent, au contraire, par le biais d’une conduite souple, avec une vitesse constante, sans freinages intempestifs et accélérations brutales.

Vous avez dit sécurité routière ?

S’il y a bien une crainte qui a d’ores et déjà été exprimée, c’est celle de la présence des radars. Bien que rien ne soit encore établi sur ce point, la mise en place de nouveaux radars peut être à craindre. Rappelons que, lorsque la mairie de Paris a annoncé la baisse de la limitation de vitesse à 70 km/h sur le périphérique parisien, 6 nouveaux radars avaient alors fait leur apparition, multipliant par 2 le nombre de flashs. De même, ils deviendra alors de plus en plus compliqué, même pour l’automobiliste le plus averti, de respecter scrupuleusement toutes les variations des limitations de vitesse.

De plus, si l’argument écologique est vraiment la préoccupation majeure, comment accepter d’être flashé pour des raisons qui ne relèvent pas de la sécurité routière ?

Xavier Bertrand a quant à lui vivement réagi à la proposition d’abaissement de la vitesse pour les autoroutes urbaines. Pour l’ancien ministre du travail, le but poursuivi est clair :  » C’est tout simplement pour faire des PV « , a-t-il dénoncé ce lundi 3 août sur iTélé. Selon lui, la question de l’écologie n’est  » qu’un prétexte « .