Flash Actu

La vitesse maximale autorisée de certaines routes abaissée à 80km/h par erreur

La mesure d’abaissement de la limitation de vitesse à 80km/h sur l’essentiel du réseau secondaire est entrée en vigueur le dimanche 1er juillet 2018. Mais alors que la loi prévoyait que cette baisse de la vitesse maximale autorisée ne concerne que « les routes bidirectionnelles à chaussée unique sans séparateur central », quelques cas de routes qui n’auraient pas dû être touchées par la mesure ont déjà été relevés par les automobilistes. De premiers couacs qui promettent malheureusement de ne pas être isolés et que « 40 millions d’automobilistes » invite à signaler sur sa page Facebook ou via le hashtag #BalanceTonPanneau.

Quand les 80km/h sont appliqués à plus de routes que prévu

Alors que la Sécurité routière estimait à 400.000 le nombre de kilomètres de routes concernées par la mesure d’abaissement de la limitation de vitesse à 80km/h, le journal Auto Plus révélait en juin dernier qu’il s’agissait en fait de près d’un million de kilomètres qui allaient passer de 90 à 80km/h. Une première erreur dans les prévisions de l’organisme interministériel, qui semble décidément bien mal connaître les routes françaises.

Mais c’était sans compter toutes les portions dont la vitesse maximale autorisée a été abaissée par erreur à 80km/h ! C’est le cas par exemple de la D41 à Vienne (38), ou encore de la D915 du côté de Bonnières-sur-Seine (78).

D41 à Vienne (38)

D915 à Bonnières-sur-Seine (78)

En effet, au regard du décret du 15 juin 2018 relatif aux vitesses maximales autorisées des véhicules, la signalisation implantée dans ces deux cas est incohérente : alors que l’une des deux portions est bien équipée d’un séparateur central, la loi stipule également que « la vitesse sur les sections de routes comportant au moins deux voies affectées à un même sens de circulation est relevée, sur ces seules voies, à 90km/h ».

Pour l’association « 40 millions d’automobilistes », il s’agit à l’évidence d’une erreur des gestionnaires de voirie – les Conseils départementaux – que l’on ne peut pas taxer de vouloir piéger les automobilistes, tant les départements se sont opposés à cette mesure. Mais c’est surtout le symbole d’une mesure incompréhensible : avec séparateur, sans séparateur, à l’exception des 3 voies, avec 2 voies dans le même sens… Il faut désormais être polytechnicien pour se retrouver dans ce dédale de cas particuliers et poser le panneau adéquat !

Recenser les routes passées à tort à 80km/h pour rendre les limitations conformes à la loi

L’association « 40 millions d’automobilistes » invite aujourd’hui les usagers de la route à signaler les incohérences relatives à la mise en place des 80km/h (coordonnées géographiques et photos) sur la page Facebook de l’association ou via le hashtag #BalanceTonPanneau, afin d’établir la liste des points litigieux signalés et demander aux départements de réétudier l’implantation des panneaux, pour rendre les limitations de vitesse conformes à la loi.

En tant que défenseur de l’intérêt général des automobilistes, l’association veille à ce qu’ils ne soient pas lésés dans la mise en œuvre de cette mesure, même si « 40 millions d’automobilistes » continue de s’y opposer activement. La Commission indépendante d’évaluation des 80km/h que l’association a créée se réunira d’ailleurs à la rentrée pour établir un premier bilan de la mesure au cours de l’été.