Flash Actu

Grands départs en vacances : comment ne pas faire du voyage un cauchemar ?

L’été approche à grands pas et avec lui la perspective des vacances, synonymes de repos bien mérité, mais aussi de longs trajets en voiture… souvent angoissants pour les parents et grands-parents qui doivent gérer l’impatience des enfants à bord. L’association « 40 millions d’automobilistes » vous donne quelques conseils et astuces pour que la route des vacances se passent bien pour tous !

La sécurité avant tout !

L’enfant doit toujours être attaché dans un siège adapté à son âge et à sa morphologie (nacelle ou coque pour les plus petits, puis rehausseur) ; il s’agit d’un dispositif obligatoire pour tous les passagers en deçà d’1m35. Celui-ci doit être correctement installé dans le véhicule, sans quoi il n’assurerait pas son rôle d’accessoire de sécurité. Pour ce faire, reportez-vous à la notice d’installation du produit.

Il est aussi important que le conducteur ait bénéficié d’un temps de sommeil suffisant avant de prendre la route pour un long trajet. Cela lui assurera une plus grande vigilance, de meilleurs réflexes, mais aussi une plus grande patience envers les petits tracas qui pourraient survenir au cours du voyage…

Le confort des jeunes voyageurs

Le siège de l’enfant doit le garder en sécurité, mais aussi lui garantir le meilleur confort possible ; on privilégiera donc les assises rembourrées et les revêtements qui évitent la transpiration (coton plutôt que synthétiques).

Les enfants les plus jeunes passeront – on l’espère ! – une grande partie du voyage à dormir (surtout si vous prenez la route le soir ou tôt le matin). Prévoyez alors une petite couverture et un oreiller ou, mieux, un cale-tête pour maintenir votre enfant assoupi dans une position confortable.

Mieux vaut également s’assurer que l’arrière du véhicule – où les enfants voyageront le plus souvent – n’est pas trop encombré. En particulier, on évitera de disposer des objets lourds sur la plage arrière : ceux-ci constitueraient des projectiles dangereux pour les passagers en cas de freinage d’urgence.

On veille enfin à maintenir une température agréable dans l’habitacle (on utilise la climatisation si nécessaire, mais jamais avec plus de 5°c d’écart avec l’air extérieur) et on aère régulièrement le véhicule.

Alimentation et collations

Il existe une règle d’or pour éviter le mal des transports (chez l’enfant comme chez l’adulte !) : ne jamais voyager l’estomac vide et, a contrario, ne pas faire de festin avant de prendre la route. On privilégie les repas légers (à base de sucres lents, de légumes et de fruits frais…) et on évite les produits gras (chips…), trop sucrés (le sucre étant un excitant bien connu…) et les boissons en trop grande quantité.

Pour les enfants particulièrement sensibles au mal des transports, il existe des solutions homéopathiques à prendre la veille du voyage et une ou deux heures avant le départ.

Et pour les petits incidents que l’on n’aurait pas pu éviter, on prévoit de petits sacs en papier, un gant et une serviette de toilette et une petite bouteille d’eau !

Se distraire pour passer le temps

Pour faire passer le temps du trajet plus vite, rien de tel que de s’occuper. Et pour cela, tous les moyens sont bons !

On emporte le doudou et les jouets préférés des plus petits, des musiques et des contes à écouter, des marionnettes pour se raconter des histoires. Les livres d’histoires et d’activités (par exemple celui de « 40 millions d’automobilistes »), la fameuse « ardoise magique » et les tablettes ludo-éducatives remportent également un vif succès. Enfin, pour les plus grands, on autorise la console de jeux et l’usage du lecteur DVD portable. On peut aussi jouer en famille avec des défis improvisés (le premier à compter 10 voitures rouges, à apercevoir le clocher d’une église, à deviner l’animal auquel je pense…).

Tous les jeux peuvent être gardés à disposition de l’enfant dans un organiseur de siège placé devant lui. Attention : si vous transportez plusieurs bambins, veillez à ne pas faire de jaloux et à répartir équitablement les activités entre chacun, sous peine de rapidement devoir jouer les gendarmes…

En cas de conflit, et pour des questions de sécurité, la pause reste une bonne alliée pour les vacanciers en transit (au moins un quart d’heure toutes les deux heures). Certaines aires de repos proposent des tables de pique-nique, des jeux de plein air pour permettre aux enfants d’évacuer leur trop-plein d’énergie, et d’autres organisent même des animations spécialement dédiées aux petits voyageurs.

Nous espérons que ces conseils vous seront utiles pour débuter au mieux vos vacances en famille et assureront une bonne route aux automobilistes en herbe.