Flash Actu

Automobile et confinement : quels commerces restent en activité ?

À partir de ce 30 octobre 2020, la France affronte à nouveau une période de confinement pour lutter contre la COVID-19. Mais les règles qui régissent ce deuxième confinement sont un peu différentes de celles qui ont été imposées au printemps dernier. L’association « 40 millions d’automobilistes » fait le point sur les obligations concernant les commerces du domaine automobile pour les prochaines semaines.

Pierre Chasseray, délégué général de « 40 millions d’automobilistes », tous les samedis matins aux commandes de l’émission « Ça Roule » sur Sud Radio.

La liste des commerces automobiles qui restent ouverts

La liste des commerces dits « non essentiels » autorisés à ouvrir pendant ce nouveau confinement est parue dans le décret n°2020-1310 du 29 octobre 2020. D’après l’article 37 du décret, les commerces autorisés à maintenir leurs activités sont les suivants :

  • Les garages pourront poursuivre les services liés à la réparation, l’entretien et le dépannage-remorquage des véhicules (voitures, motocycles, cycles…) ; ils continueront à être livrés en pièces automobiles pour assurer leurs prestations.
  • Les centres de contrôle technique automobile : contrairement au premier confinement, il n’y aura pas de « tolérance » concernant la réalisation du contrôle technique périodique obligatoire pour les véhicules de plus de 4 ans ; la prise de rendez-vous reste la règle.
  • Les magasins d’équipements automobiles (vente au particulier de pièces auto et accessoires).
  • Les stations-services, y compris les boutiques pour la vente de denrées alimentaires et les équipements sanitaires et autres services habituellement proposés ; en revanche, la vente d’alcool y est interdite.
  • Les établissements de location de véhicules automobiles.
  • Les refuges et fourrières.

Les concessionnaires peuvent maintenir ouverts leurs ateliers ; en revanche, les showrooms sont fermés. Les livraisons de véhicules neufs ou d’occasion restent autorisées sur rendez-vous.

Le cas des auto-écoles enfin est un peu plus complexe : si les structures restent aujourd’hui ouvertes pour permettre aux candidats de passer les examens du permis de conduire (cette disposition a été prise par le Gouvernement pour éviter l’engorgement qui s’était produit à la suite du premier confinement pour rattraper le retard accumulé), elles ne sont cependant pas autorisées à ce jour à dispenser les cours théoriques ou pratiques. Cette situation est dénoncée par les représentants des auto-écoles, qui jugent aberrant de continuer à faire passer les examens sans pouvoir y préparer correctement les élèves.

Tous ces commerces restent ouverts et autorisés à accueillir du public dans le strict respect des règles sanitaires (port du masque, respect des distances…). Les clients doivent être munis d’une attestation avec la case « Déplacements pour effectuer des achats de fournitures nécessaires à l’activité professionnelle, des achats de première nécessité dans des établissements dont les activités demeurent autorisées, le retrait de commande et les livraisons à domicile » cochée.