Flash Actu

Anne Hidalgo, renoncez à la fermeture des voies sur berge !

Sur décision du Conseil de Paris et de la maire de la capitale, Anne HIDALGO, les voies sur les berges de la Seine devaient être fermées à la circulation des véhicules motorisés à partir de la rentrée 2016 et « rendues aux piétons », de même que le sont les voies de la rive gauche depuis janvier 2013. Mais vendredi 19 août 2016, la Commission d’enquête publique mandatée pour étudier la faisabilité du projet a remis son rapport final à la Ville de Paris et rendu un « avis défavorable » ! Opposée depuis l’origine aux restrictions de circulation qu’engendrerait la fermeture des berges, « 40 millions d’automobilistes » enjoint la Mairie de Paris, qui souhaite aujourd’hui passer outre cet avis, de respecter les directives de la Commission et de renoncer à ce projet fortement pénalisant pour la mobilité des Franciliens. Pour poursuivre la mobilisation, l’association lance avec Sud Radio une nouvelle action, « Voies sur berge pour tous« .
 

Un rapport qui désavoue la mairie de Paris

 
La Commission d’enquête publique qui devait statuer sur la faisabilité et l’intérêt de la mise en œuvre du projet de « reconquête des voies sur berge de la Seine » développé par la mairie de Paris a donc rendu son rapport final, vendredi 19 août 2016, au terme d’un mois d’enquête, qui s’est déroulée du 8 juin au 8 juillet 2016. En conclusion de son rapport, la Commission rend un avis défavorable, qu’elle justifie au regard des éléments suivants :
  • Le périmètre de l’enquête publique est insuffisant, en cela qu’il ne comprend que les 1er, 4ème, 7ème et 12ème arrondissements, alors que l’impact de la mesure concernerait également notamment les 5ème, 6ème, et 8ème arrondissements, qui subiraient un report de la circulation à hauteur des trois quarts des véhicules interdits à la circulation sur les berges ;
  • Les éléments fournis à la Commission ne permettent pas d’anticiper et de mesurer précisément les conséquences de la mesure en termes de reports du trafic et des nuisances engendrées (bruit, pollution…);
  • Les personnes directement intéressées par la mesure (riverains) n’ont pu exprimer valablement leurs opinions ; l’intérêt public du projet n’est donc pas avéré.

 

La mobilisation des automobilistes continue avec « Voies sur berge pour tous« 

Le rapport publié par la Commission est la seule conclusion honnête que l’on pouvait apporter au projet. Seule la maire de Paris s’entêtait à prétendre que cette mesure allait améliorer la qualité de vie des Parisiens, alors que toutes les études d’impact réalisées par les différents organismes annonçaient des allongements non négligeables des temps de parcours suite à la fermeture des voies. On a aujourd’hui une preuve supplémentaire qu’il ne s’agit que d’une idéologie !
 
Dès l’annonce de la piétonisation des voies sur berge, nous nous sommes mobilisés, notamment avec une première pétition qui avait recueilli 66000 signatures, et avons formulé des propositions alternatives à Anne HIDALGO pour concilier aménagements destinés aux modes de déplacements doux et circulation motorisée. Sa réaction fut à la hauteur de son ouverture d’esprit : ni réponse, ni communication quelconque ! Il est donc logique aujourd’hui que la Commission d’enquête rejette ce projet démagogique et aberrant.
 
Pour poursuivre la mobilisation, l’association « 40 millions d’automobilistes » et Sud Radio lancent une nouvelle action intitulée « Voies sur berge pour tous » sous la forme d’une pétition en ligne sur le site Internet www.voiessurbergepourtous.com.
 
« Sud Radio soutient les automobilistes. La fermeture des voies sur berge ne va pas régler les problèmes de pollution dans Paris ; laissons les Franciliens rouler et travailler ! La route pour tous… avec Sud Radio » conclut Christophe BORDET, rédacteur en chef de Sud Radio.