Flash Actu

80km/h : couac au Gouvernement

Ce vendredi 18 mai 2018, la mesure de l’abaissement de la vitesse à 80 km/h sur les routes bidirectionnelles sans séparateur central qui doit entrer en vigueur le 1er juillet 2018 divise les membres du Gouvernement ; entre la position du ministre de l’Intérieur qui souhaite donner le choix aux départements d’abaisser la limitation de vitesse à 80 km/h sur le réseau secondaire français et le Premier ministre qui « assume » vouloir prendre cette mesure impopulaire. L’association « 40 millions d’automobilistes » demande au Président de la République de prendre position sur cette mesure en prenant en compte les avis des ministres ainsi que du Sénat et de la très grande majorité des élus territoriaux qui s’opposent à la généralisation des 80 km/h.

Hier soir, lors d’une réunion publique à Rungis, Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, a été interrogé sur la baisse de la limitation de vitesse à 80 km/h et sa réponse fut la suivante : « je prends un joker sur la question suivante et je passe directement au radar embarqué ». Par cette phrase, le ministre de l’Intérieur marque son opposition face à une mesure impopulaire ce qui relance le débat au sein du Gouvernement.

Ce matin, interrogé en direct par Jean-Jacques Bourdin sur BFM TV, Gérard Collomb a réitéré son opposition sur la généralisation des 80 km/h sur le réseau secondaire et enjoint la proposition émise par le Sénat et l’association « 40 millions d’automobilistes », qui consiste à donner le choix aux départements d’abaisser la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes dangereuses.

Mais c’était sans compter sur le recadrage immédiat du Premier ministre Édouard Philippe, en déplacement à Strasbourg, qui réaffirme la volonté du Gouvernement à mettre en place cette mesure impopulaire pour des raisons de « sécurité et de santé publique ».

Pour « 40 millions d’automobilistes », un État qui n’écoute pas la majorité des Français et un état qui tombe dans la propagande, ce n’est pas le signe d’une démocratie qui fonctionne… En effet, tout le monde reprend en cœur la propagande officielle selon laquelle diminuer la vitesse de 10 km/h permettrait de sauver 400 vies par an, car c’est « politiquement correct » et que c’est la version entendue partout à la radio, à la télé et dans la presse.

L’association ajoute que s’il y a bien une personne qui connait la réalité de l’expérimentation des 80 km/h, c’est bien Gérard Collomb : il porte la charge de la responsabilité de la sécurité routière sous la responsabilité du Premier ministre et clairement, il s’y oppose en ouvrant la porte à une solution pragmatique.

Si les membres du Gouvernement se divisent face à cette mesure, il faut que le chef de l’État prenne une décision prenant en compte toutes les positions des membres de son Gouvernement, mais également les propositions des institutions comme le Sénat, qui n’a trouvé aucun argument convaincant sur l’efficacité de la mesure.