Flash Actu

« 40 millions d’automobilistes » dénonce l’absence de la question de la mobilité dans les résultats du « Grand Débat »

Dans quelques heures, le Premier ministre Édouard Philippe dévoilera les premières tendances des attentes des Français recueillies lors du Grand Débat. Il ne fait aucun doute que les questions de mobilité des automobilistes français seront les grandes oubliées des annonces de la mi-journée. Pourtant, le Grand Débat national mis en place par le Président de la République est la conséquence directe d’un détonateur avec la mise en place du 80 km/h cumulée à la hausse des prix des carburants et la potentielle augmentation de la « taxe carbone ».

La question de la mobilité, grande absente volontaire du Grand Débat national

Dès la mise en place du Grand Débat national, l’association « 40 millions d’automobilistes » alertait sur le fait que les 4 thèmes choisis par le Gouvernement ne permettaient en aucun cas de faire émerger les thématiques de mobilité sous l’angle des attentes des usagers de la route (la transition écologique, la fiscalité, la démocratie et la citoyenneté, l’organisation de l’État et des services publics).

Malgré plus de 10 millions de points perdus chaque année sur le permis de conduire, aucune possibilité n’a été donnée aux Français de verser leur opinion au débat sur un thème qui les touche chaque jour dans leur mobilité. Quant aux 80 km/h, nous voyons bien au quotidien qu’après près d’un an d’application, ils font un quasi consensus contre eux. Quelle place donnée dans le Grand Débat à cette question, qui a pourtant mis le feu aux poudres ? Aucune.

Les résultats du Grand Débat national, par l’association « 40 millions d’automobilistes »

Face à l’absence de place donnée à ces thématiques et en sa qualité de premier porte-parole des automobilistes, l’association « 40 millions d’automobilistes » avait donc pris l’initiative, dès le 21 janvier dernier, de créer « le Grand Débat national des Automobilistes », une plateforme participative en ligne, où chacun d’entre nous pouvait exposer ses inquiétudes, exprimer son avis et proposer ses solutions sur un ensemble de thématiques liées à la sécurité routière et à la mobilité.

Dans un document de 28 pages que l’association a adressé il y a quelques jours au Président de la République, au Premier ministre, aux ministres d’État ainsi qu’aux élus parlementaires, « 40 millions d’automobilistes » a recueilli pas moins de 37619 contributions entre le 21 janvier et le 1er mars 2019 sur www.legranddebatnational.com. Ainsi et sans surprise, la catégorie ayant reçu le plus de témoignages est la limitation de vitesse à 80 km/h (7501 contributions, soit 19,9% du total des contributions).

Les radars sont le deuxième sujet le plus commenté : 5812 contributions ont été déposées, dont 759 au sujet de la privatisation des voitures-radars, ce qui a incité l’association à consacrer un focus à cette thématique particulière. Le fait de confier la gestion et la conduite des voitures équipées de radars embarqués à des sociétés privées est particulièrement mal perçu par les automobilistes, qui ne manquent pas de souligner que la répression des infractions routières doit demeurer dans le giron des forces de l’ordre assermentées et ne peut en aucun cas poursuivre des objectifs liés à la rentabilité économique du système.

La catégorie « entretien des routes » a également reçu de très nombreux témoignages (5249 contributions, soit 14% du total des contributions), attestant ainsi de la dégradation progressive et dangereuse du réseau routier français.

Un discours du Premier ministre face à des représentants d’association mais… sans « 40 millions d’automobilistes »

Si la première restitution des discussions du Grand Débat sera faite par Édouard Philippe devant plusieurs ministres, « garants », citoyens, représentants d’associations, partenaires sociaux et maires, sous la verrière du Grand Palais à Paris, il semblerait qu’une fois de plus la représentation des 40 millions d’automobilistes français ne soit pas assurée. L’association « 40 millions d’automobilistes », seule association de défense des intérêts des automobilistes reconnue d’intérêt général, n’a en effet pas été conviée…

L’absence de l’association est symbolique, mais lourde de sens. Une fois de plus, c’est la preuve que le Gouvernement souhaite faire oublier les mesures qui ont pourtant créé la gigantesque colère de novembre dernier. Le Gouvernement doit impérativement répondre aux automobilistes qui attendent aussi des mesures très claires à leurs attentes justifiées.

L’association « 40 millions d’automobilistes » présente les conclusions du « Grand Débat national des Automobilistes » dans un livret consultable ici.