Flash Actu

Sécurité routière : un bilan 2019 qui tarde à être publié

Nous sommes le 28 janvier 2020 et nous n’avons toujours pas connaissance des bilans d’accidentalité du mois de décembre 2019 et par conséquent de celui de l’année 2019 dans son intégralité. C’est la première fois dans l’histoire de la communication des chiffres de la sécurité routière que les chiffres restent encore méconnus à cette période de l’année. 

Un bilan fantôme

Aussi l’association « 40 millions d’automobilistes » s’interroge sur les raisons de ce bilan « fantôme » dans un contexte où la « mesure phare » des 80km/h n’a toujours pas tenu ses promesses initiales… Fera-t-elle passer en 2019 la courbe de l’accidentalité sous la barre des 3000 victimes qui était l’engagement gouvernemental (épargner 450 vies par an) ? Observerons-nous la même inefficacité de la mesure que l’an passé (stagnation des chiffres) ? 

Quelques chiffres de sources gouvernementales 

2013 fut et reste l’année record sur l’intégralité du territoire Français malgré la communication gouvernementale. De sources ministérielle, alors que les routes permettaient une vitesse maximale autorisée de 90km/h, nous déplorions 3268 victimes en métropole et 3427 tués en prenant en tenant compte des départements et territoires d’Outre-Mer. 

En 2018, année du passage à 80km/h, le bilan était sensiblement similaire avec 3248 tués sur les routes de métropoles et 3488 tués en tenant compte des départements et territoires d’Outre-Mer. 

Loin de présenter un bilan de 450 victimes de moins faisant passer la mortalité routière sous la barre symbolique des 3000 victimes, la mesure du 80km/h n’avait pas tenu ses objectifs malgré les effets de communications d’un Premier ministre à court d’argument.