Flash Actu

Mesures sur les pics de pollution : la position de « 40 millions d’automobilistes »

En 2014, le Gouvernement veut instaurer la circulation alternée lors des pics de pollution aux particules fines et aux oxydes d’azote (NOx). L’idée du Gouvernement de faire circuler un jour sur deux les automobilistes pendant les pics que pollution, selon leur plaque d’immatriculation (pair-impair), est une aberration pour « 40 millions d’automobilistes ».
 
« 40 millions d’automobilistes » indique qu’une telle mesure est inapplicable au niveau, économique et favorisera l’usurpation de plaques d’immatriculation. De plus, l’argument écologique est infondé. En effet, les rejets de particules fines sont principalement dus au chauffage résidentiel : dans certaines régions françaises, le chauffage au bois participe à hauteur de 45 à 73% des émissions de particules lors des pics de pollutions. En région parisienne, dans le Nord et le Nord-Est de la France, ce sont les vents nordiques, fortement chargés en particules fines émises par le chauffage qui amène une concentration importante. Concernant les NOx, si les pics de pollution sont aujourd’hui de plus en plus nombreux, c’est que les seuils définis par la loi sur l’Air et l’Utilisation rationnelle de l’Énergie (LAURE) ont été nettement abaissés, ce qui n’empêche pas le fait qu’en réalité, leur
concentration dans l’air ne cesse de diminuer.
 
Ce n’est donc pas en reportant la responsabilité sur les automobilistes que l’on favorisera la réduction des émissions de polluants dans l’atmosphère.
 
On ne peut pas imposer à la France entière une mesure totalement démagogique, imaginée par un microcosme parisien déconnecté de toute réalité et de toutes les préoccupations des Français au quotidien.