Flash Actu

Grenoble, ville apaisée ? « 40 millions d’automobilistes » a mené l’enquête

Les 8 et 9 décembre 2015, sollicitée par les usagers de la route isérois, l’association « 40 millions d’automobilistes » s’était rendue à Grenoble, où elle avait rencontré les acteurs locaux de la mobilité pour débattre de l’intérêt des projets que souhaite mettre en œuvre le maire Eric PIOLLE. L’association avait également lancé un Grand Référendum pour donner la parole aux usagers, qui s’étaient opposés à 70% à la généralisation des 30km/h en ville. À l’occasion de cette série d’entretiens, « 40 millions d’automobilistes » diffuse aujourd’hui, vendredi 1er avril 2016, son reportage « Grenoble, une ville apaisée? ».
 

Les projets de mobilité à Grenoble

 
Sous l’impulsion d’Eric PIOLLE, maire de la capitale iséroise, Grenoble-Alpes-Métropole envisage la mise en œuvre d’un certain nombre de projets censés réguler les déplacements urbains, avec pour ambition de créer une « Métropole apaisée ». Il s’agit en particulier de généraliser la limitation de vitesse à 30 km/h sur 80% du territoire de la Métro (qui compte 49 communes) pour « réduire les nuisances sonores et la pollution de l’air » et améliorer la sécurité routière. Mise en place au 1er janvier 2016, cette réglementation fait désormais de Grenoble la première grande ville française à 30 km/h.
 
Mais ce n’est pas tout : au programme, il y a également la création d’une « autoroute à vélos », qui emprunterait les principaux axes de circulation grenoblois et réduirait sensiblement l’espace autrefois accessible aux véhicules motorisés individuels.
 
Enfin, le maire écologiste s’oppose au projet d’aménagement de l’A480, pourtant validé par le Premier ministre Manuel VALLS, sous prétexte que l’élargissement de l’autoroute enverrait un mauvais message aux automobilistes et les inciterait à emprunter cet axe en plus grand nombre.
 

Les acteurs de la mobilité à Grenoble

 
Avec un tel programme, on aurait pu penser que tous les acteurs de la mobilité avaient été sollicités pour apporter leur expertise, car les enjeux sont nombreux : sécurité routière, économie, environnement… Pourtant, cette décision a été prise à huis clos, sans même consulter les principaux intéressés. L’intervention de « 40 millions d’automobilistes » à l’échelle locale avait pour but de recueillir l’opinion des associations, des professionnels et des élus locaux pour réaliser la concertation que la Mairie avait négligée de mettre en place
 
« 40 millions d’automobilistes » a donc rencontré :
  • L’Association pour le Développement des Transports en Commun (Nathalie TEPPE, présidente et Philippe ZANOLLA, animateur de la commission « vélo et piéton ») ;
  • La Fédération Française des Motards en Colère (représentants FFMC 38) ;
  • La Chambre des Métiers et de l’Artisanat de l’Isère (Pierre PATRONCINI, secrétaire et administrateur) ;
  • La Chambre de Commerce et d’Industrie de Grenoble (François BAZES, vice-président) ;
  • L’union des commerçants Label Ville (Christian HOFFMANN, président) ;
  • Le Conseil départemental de l’Isère (Jean-Claude PEYRIN, vice-président et adjoint à la mairie de Meylan).
 

Les problèmes de mobilité soulevés par les Grenoblois

 
Tout au long du reportage, les entretiens se suivent et mettent en évidence les principales problématiques qui émergeront sans aucun doute lors de la mise en œuvre du programme de l’élu Vert : acceptabilité de la généralisation d’une limitation de vitesse abaissée, lisibilité de la signalisation, sécurisation des aménagements, accessibilité pour les usagers motorisés, augmentation des temps de trajets et des émissions de polluants, détérioration de la vie économique…
 
Autant de questions que la Mairie semble ne pas s’être posées, toute occupée à exclure de la circulation des catégories entières d’usagers pour ne réserver finalement la ville qu’aux cyclistes, piétons et usagers des transports en commun. Nous sommes favorables à la complémentarité des modes de transport, mais chacun doit pouvoir être libre d’utiliser le mode qui lui convient au moment où il en a besoin.
 
Car les propositions d’Eric PIOLLE ne trouvent pas non plus d’écho chez ses administrés : pour recueillir l’opinion des usagers, « 40 millions d’automobilistes » avait aussi mis en ligne le Grand Référendum de la mobilité de Grenoble-Aples-Métropole. Les résultats publiés le 28 décembre 2015 montrent que 70% des Isérois s’opposent à la généralisation des 30 km/h, que 65% des participants estiment que cette mesure ne permettra pas de réduire l’accidentalité routière et que 68% des usagers pensent de la politique de déplacement menée par la municipalité est trop « anti-voiture ».