Flash Actu

Anne Hidalgo annonce l’interdiction des véhicules essence et diesel à Paris

Dans une interview parue aujourd’hui dans le journal Le Monde, Anne Hidalgo, maire de Paris, affirme être « déterminée à agir vite » pour mettre en place son plan « antipollution ». Ainsi, elle annonce que les cars et poids-lourds roulant au diesel seront interdits dès le 1er juillet 2015 et que « cette interdiction s’appliquera à tous les véhicules polluants, diesel comme essence, […] le 1er juillet 2016« . L’association « 40 millions d’automobilistes » s’inquiète de cette annonce, qui signifie l’interdiction pure et simple de tous les véhicules motorisés dans la capitale, à l’exception des véhicules électriques et hybrides.
 
Anne Hidalgo justifie sa volonté d’éradiquer le diesel de Paris par la nocivité des particules fines, « dangereuses pour la santé », qui sont émises par les véhicules à motorisation diesel. Or, s’il est vrai que les anciens véhicules diesel rejetaient de grandes quantités de polluants, « 40 millions d’automobilistes » rappelle que aux normes EURO 5 et 6 (voitures individuelles neuves mises en circulation depuis 2009) sont beaucoup plus sobres, en cela qu’elles réduisent considérablement les émissions maximales autorisées de toutes sortes de polluants, autant pour les motorisations diesel qu’essence.
 
De plus, relativement à la problématique des particules très fines, ces normes tiennent compte désormais, non plus seulement de la quantité, mais aussi de la masse des particules, pour contraindre les fabricants à améliorer les technologies antipollution. Les nouveaux filtres à particules permettent ainsi de capturer jusqu’à 99% des émissions de particules. Au Japon – où la motorisation diesel était interdite depuis les années 1970 – l’Etat propose même aujourd’hui des subventions pour l’acquisition de ces véhicules clean diesel.
 
Il est donc parfaitement injustifié et inutile en termes d’amélioration de la qualité de l’air de chercher à
supprimer ces nouveaux véhicules de la circulation. Le problème de la pollution repose essentiellement sur les vieux véhicules non-équipés de filtre à particules, qu’il est possible de rendre plus vertueux en favorisant le recours au rétrofit financé par la création d’un crédit d’impôts, comme il en existe déjà en Allemagne.