Flash Actu

80km/h : il est temps pour le Premier ministre d’admettre son erreur

Jeudi 28 mars 2019, en direct sur BFMTV à 8h30, Pierre Chasseray, délégué général de l’association « 40 millions d’automobilistes », demandait que les chiffres mensuels de la sécurité routière – habituellement communiqués autour du 15 de chaque mois – soient enfin publiés. Le retard de diffusion de ces données, pourtant très attendues par les usagers de la route, relevait en effet de la rétention d’informations…

Hausse de 17,1% de la mortalité routière en février

Et pour cause, 20 minutes plus tard, la Sécurité routière publiait enfin le baromètre du mois de février 2019, qui fait état d’une hausse de la mortalité routière de +17,1% sur les routes de France métropolitaine par rapport à février 2018. Pour « 40 millions d’automobilistes », c’est la preuve que les 80 km/h imposés le 1er juillet dernier sur les routes secondaires ne fonctionnent pas et qu’il est temps de revenir sur cette décision nuisible.

Le Premier ministre fait fausse route

Le communiqué de presse de la Sécurité routière précise que « les piétons, les cyclistes, les jeunes de 18-24 ans et les séniors de 65 ans et plus » sont les plus fortement concernés par cette augmentation. Le délégué interministériel à la Sécurité routière attribue cette hausse à la dégradation massive des radars à la fin de l’année 2018.

L’association « 40 millions d’automobilistes » dénonce une interprétation plus que douteuse des causes des mauvais chiffres de février, car on sait très bien que les dégradations des radars ont débuté en juin 2018 avant la mise en œuvre de la mesure des 80 km/h et se sont intensifiées en juillet, lors de l’application de la mesure, mais aussi que leur remise en état a débuté dès la fin du mois de janvier.

Il est donc temps que le Premier ministre admette qu’il a fait fausse route, que l’abaissement généralisé de la limitation de vitesse ne permet pas d’améliorer la sécurité des usagers, et qu’il revienne sur sa décision pour revenir à un système plus pragmatique, adapté aux besoins de mobilité des territoires.