Flash Actu

« 40 millions d’automobilistes » appelle à la mobilisation contre la pastille verte

Aujourd’hui, mardi 2 juin 2015, Ségolène ROYAL, ministre de l’Écologie et des transports, présente les nouvelles « pastilles vertes« , destinées à identifier les véhicules jugés les plus polluants pour leur interdire de circuler lors des pics de pollution et dans les « zones à basses émissions » ; elles pourraient voir le jour dès cet été à Paris. L’association « 40 millions d’automobilistes » s’oppose à cette mesure et lance un appel à la mobilisation des usagers de la route à venir signer la pétition pour dire NON à la vignette écologique : petitions.40ma.org/pastilleverte.

L’association  s’oppose à cette mesure injuste socialement, qui va contraindre les ménages à changer de véhicule alors qu’ils n’en ont pas les moyens. La « pastille verte » est une mesure discriminatoire qui renforce l’idée d’une exclusion sociale des plus modestes qui n’ont pas les moyens financiers de renouveler leur véhicule.

L’association invite donc  tous les usagers de la route à venir signer la pétition sur petitions.40ma.org/pastilleverte. Afin de marquer votre rejet de la pastille écologique,  » 40 millions d’automobilistes a également créé une pastille à apposer sur le pare-brise avant de votre véhicule. Vous pouvez la télécharger ici : http://bit.ly/1KZhQw2.

Dans le monde, les nouveaux véhicules diesel bénéficient en effet d’équipements de dépollution particulièrement efficaces qui les rendent aussi « sobres » que les véhicules essence. Il est donc parfaitement injustifié d’un point de vue environnemental de chercher à éliminer cette motorisation. Concernant les « vieux diesel », des solutions existent pour les équiper en seconde monte de systèmes de dépollution et donc leur permettre de réduire leurs émissions polluantes au niveau des dernières normes en vigueur.
 
Pour aider ces foyers, le Premier ministre a décidé d’aides financières sous forme de prime à l’achat pour l’acquisition d’une voiture électrique, hybride ou essence neuve émettant moins de 110g de CO2 / km. Mais ce n’est pas suffisant et cela ne correspond pas aux besoins de mobilité des Français. Ce qu’il faut, c’est un crédit d’impôt pour équiper les anciens véhicules de systèmes de dépollution et une prime à l’achat pour l’acquisition de tout véhicule, neuf ou d’occasion, de meilleure qualification écologique.